EN 1 Clic

Plaine de la Paix – Départ des gens du voyage

Suite à l’installation illégale d’une communauté des gens du voyage sur la plaine de la paix le dimanche 17 juillet dernier, la Commune a mis en œuvre tous les moyens légaux à sa disposition afin de mettre un terme, dans les meilleures conditions, à cette situation complexe et contrainte.

Conformément à nos engagements, et en toute diligence, une plainte a été déposée pour intrusion et occupation illégale d’un terrain communal. Un constat d’huissier a été réalisé, afin d’identifier les caravanes présentes sur site, qui a permis de recenser 237 caravanes. Le tribunal compétent a été saisi d’une demande d’évacuation desdites caravanes. Une ordonnance d’expulsion immédiate a d’ailleurs été obtenue auprès du tribunal judiciaire du Havre le 21 juillet 2022. Concernant le quotidien, une benne à ordures a été installée sur place, en lien avec la Direction Cycle du Déchet de la Communauté Urbaine. Les déclarations liées au branchements sauvages ont été effectuées. Et les services municipaux et la brigade rurale étaient à disposition pour répondre aux habitants et recueillir les déclarations d’incidents. Nous sommes cependant, et à notre grand regret, sans réponse de la Préfecture quant à la gestion de ce dossier.

Après de nombreuses discussions et rencontres, quotidiennes, avec le représentant de la communauté des gens du voyage, il a été convenu que celle-ci quitterait les lieux le samedi 23 juillet dans la matinée, ce qui est avéré.

Une « indemnité » a été versée au profit du CCAS de la Commune par le représentant de cette congrégation. Par ailleurs, deux tournées de nettoyage par les gens du voyage ont été faites le 22 juillet en présence de la brigade rurale sur les secteurs de GAINNEVILLE et ROGERVILLE souillés par des déjections et autres déchets.

Nous allons à présent gérer les suites de ce dossier, notamment auprès des services de l’État, et de la Communauté urbaine.

En attendant, trois blocs de type GBA ont été positionnés à l’entrée du terrain de la plaine de la paix, dès le départ de la dernière caravane, afin d’empêcher de nouvelles installations intempestives.